• Budget
  • Endettement
  • Consommation
Pixel blanc
Logo ACEF
Logo secondaire : Puzzle

2010, chemin de Chambly
Longueuil (Québec)  J4J 3Y2
450 677-6394   Sans frais: 1 877 677-6394

Point de service de Valleyfield
340, boulevard du Havre, BUR 203
Valleyfield (Québec)   J6S 1S6
450 371-3470   Sans frais: 1 888 450-3470


Communiqué de presse
8 octobre 2014












Depuis 40 ans, témoin de la situation économique des ménages

Longueuil, 8 octobre 2014 – L’Association coopérative d’économie familiale (ACEF) Rive-Sud de Montréal fête ses 40 ans! Elle offre des services d’éducation, d’information et de consultation sur l’endettement, le budget et les droits du consommateur, à la population d’un territoire s’étendant de Sorel à Chateauguay, jusqu’à Saint-Jean-sur-Richelieu. Indépendante des intervenants financiers, c’est grâce à l’appui financier de Centraide, de différents ministères et de dons qu’elle poursuit sa mission.

En 40 ans, la situation économique des ménages a bien changé, surtout en ce qui concerne l’endettement qui atteint maintenant 164 % (en 1980, il était de 66 %). Avant, on empruntait pour acheter sa maison ou son auto. Aujourd’hui, que ce soit pour les meubles ou même l’épicerie ou l’essence, l’utilisation des cartes de crédit et des paiements « plus tard » est devenue la norme. De plus en plus complexes, les produits de crédit sont accordés sans analyser la capacité de rembourser des gens. De son côté, l’emprunteur croit que, si on accepte de lui prêter, c’est qu’il en a les moyens. Cela peut mener au surendettement.

On attribue souvent les problèmes d’endettement aux mauvais comportements des consommateurs. C’est loin d’être aussi simple. Si les prix à la consommation augmentent, les revenus n’augmentent pas pour tous. Au cours des 25 dernières années, le revenu des salariés les mieux payés augmentait (en valeur constante) de 16,4 %, alors que celui des travailleurs au bas de l’échelle diminuait de 20,6 %. Pour bien des familles, le crédit sert à compléter un manque à gagner, mais c’est un moyen très dangereux. Le nombre de faillites personnelles a quadruplé depuis le milieu des années 1980.

Pour les prestataires d’aide gouvernementale, plusieurs mesures ont réduit l’accessibilité et les montants accordés. Si le programme d’aide sociale avait indexé ses prestations depuis sa mise sur pied, une personne seule recevrait aujourd’hui près de 1 300 $ par mois, alors que le montant est de 610 $. Comment payer un loyer, l’électricité et manger avec un tel revenu ? Par ailleurs, seulement 38 % des chômeurs ayant cotisé à la caisse d’assurance-chômage sont admissibles aux prestations, ce qui constitue une baisse drastique dans la majorité des provinces. Les emplois créés sont souvent précaires. Plusieurs personnes arrivent à la retraite encore endettées. Le taux d’épargne est passé de 20 % en 1980 à moins de 5 %. De nouvelles coupures prévues dans les programmes affecteront les plus vulnérables.

Dans ce contexte, l’ACEF a élargi son travail en offrant des rencontres d’information auprès de consommateurs et d’organismes (femmes, jeunes, aînés, immigrants…) Elle privilégie les activités rejoignant les personnes à faible et modeste revenu, et les services collectifs pour informer un maximum de personnes tout en brisant l’isolement face à leur situation. Des consultations individuelles sont également possibles, au besoin.

Les problèmes d’argent surgissent souvent dans des contextes de maladie, perte de d’emploi, de séparation... et s’accompagnent de bien d’autres préoccupations. L’approche globale de l’ACEF aide à établir des priorités d’action et réfère à diverses ressources complémentaires si nécessaire. Si votre situation financière vous préoccupe, n’hésitez pas à contacter l’ACEF au 450 677-6394.

 

- 30 -

Source :
ACEF Rive-Sud de Montréal
450 677-6394
acefrsm@consommateur.qc.ca
www.acefrsm.com


© 2012, Association Coopérative d'Économie Familiale de la Rive-Sud - Tous droits réservés